la parasha aujourd’hui

Chaque semaine du nouveau

1 avril, 2010

KI TISSA 5770

Classé dans : — laparashaaujourdhui @ 22:19


SHEMOT (32,1) Le peuple, voyant que Moïse tardait à descendre de la montagne, s’attroupa autour d’Aaron et lui dit: « Allons! fais-nous un dieu qui marche à notre tête, puisque celui-ci, Moïse, l’homme qui nous a fait sortir du pays d’Égypte, nous ne savons ce qu’il est devenu. »

 

RASHI :

Que Mochè tardait (bochéch) à descendre Il s’agit, ainsi que le rend le Targoum Onqelos, d’un mot contenant une idée de « retard », comme dans : « Pourquoi son char tarde-t-il (bachach) à venir ? » (Choftim 5, 28), « Ils attendirent jusqu’à ce qu’il fût tard (boch) » (Choftim 3, 25). Lorsque Mochè était monté sur la montagne, il leur avait annoncé : « Je serai de retour après quarante jours, dans les six premières heures. » Mais ils croyaient, eux, que le jour de son ascension faisait partie du décompte. Or, il avait parlé, lui, de jours complets, à savoir quarante jours avec les nuits qui les précédaient. La nuit qui a précédé le jour où il est monté, à savoir le 7 siwan, n’en faisait pas partie, de sorte que le quarantième tombait le 17 tamouz. Le 16 est venu le Satan qui a jeté la confusion dans le monde. Il lui a donné l’apparence de ténèbres, d’obscurité, de brume et de désordre, de sorte qu’ils se sont dit : « Mochè est sûrement mort, pour que le monde soit ainsi déréglé ! » Il leur a alors annoncé : « Mochè est mort, puisque six heures se sont écoulées et qu’il n’est pas arrivé… » C’est ce que nous enseigne le traité Chabath (89a). Et il n’est pas possible de soutenir que leur erreur ne serait provenue que d’une confusion due à la présence de nuages, qui les aurait empêchés de faire la distinction entre le matin et l’après-midi. Mochè n’est redescendu, en effet, que le lendemain, comme il est écrit : « Ils se levèrent de bon matin à partir du lendemain, ils élevèrent des holocaustes… » (verset 6).

 

Qui marchent devant nous Ils visaient à de nombreuses divinités.

 

Car celui-ci, Mochè, l’homme Le Satan leur a montré une forme ressemblant à Mochè, que l’on portait en l’air dans le firmament céleste (Chabath 89a).

 

Qui nous a fait monter du pays d’Egypte Et qui nous montrait la route par laquelle nous devions « monter ». Nous avons besoin maintenant de divinités « qui marchent devant nous ».

 

Il existe des gens qui plus ou moins explicitement clairement concrètement s’opposent à des personnes pourtant craignantes D.ieu recherchant le émet et se travaillant continuellement certains mêmes se consacrant complètement à le révéler et le faire connaître. Depuis toujours s’est montré ce phénomène étrange étonnant incroyable que ceux qui peuvent servir d’exemple ont été jusqu’à ce jour les plus critiqués outragés poursuivis. Car les opposants ne comptent pas que des petites gens ignorantes, non éduquées et pauvres d’esprit mais aussi et surtout des érudits, des grands …..qui consacrent également la majorité de leur temps à prier étudier servir D.ieu, travailler leurs défauts…. Chaque génération a eu son korah et ses adeptes. Chaque époque « des saints » combattent la sainteté. Jusqu’à la fin des temps des « gens bien » vont se lier au mal pour combattre le bien. Pourquoi ?

 

La raison l’unique est que ces gens là étudient la Torah chez des talmidei ‘hakhamim shédhim yéhoudayim (érudits démons juifs). C’est à dire que leur rav, leur enseignant, leur guide reçoit toute sa Torah, ses enseignements, ses compréhensions, ses explications d’une catégorie de démons, les démons juifs et sans le savoir enseigne ensuite ce qu’il a appris chez eux. Les enseignements étant impurs l’élève qui les reçoit à son tour devient un trompé un méchant un poursuivant.

 

Mais qui sont ces talmidei ‘hkhamim ?

C’est quoi des démons Juifs ? Il existe le peuple Juif et les peuples non-Juifs, mais des démons juifs…..

 

 

Ces talmidei ‘hakhamim généralement sont porteurs de beaux enseignements riches et séduisants, remplis d’allégories épicés d’humour et de jeux de mots et d’amour parfumés. D’où puisent-ils une telle poésie et inspiration ? Justement de ces démons qui vadrouillent tout en Haut de ces esprits sans corps créés juste avant l’entrée du premier Shabbat et qu’ils n’ont donc pas pu recevoir un corps car Shabbat rentrait. D.ieu voulait nous montrait par là l’importance du Shabbat et la gravité de le transgresser quitte même à laisser des esprits malveillants.

 

Tout le but de cette catégorie de démons c’est de faire du mal, le mal. Ils puisent toute leur force de la Torah néfoula qui est arrivée jusqu’à eux, dans les klipot. Car dès que la Torah descend et transmise aux anges pour arriver dans ce monde-ci elle traverse des mondes…. Aussi eux aussi étudient la torah dans les shamayim dans dans l’unique but d’endommager. Et dès qu’ils voient un juif l’étudier pas lishma pour sa gloire son renom sa réputation pour être admirer pour son cavod pour de l’argent ou pour montrer qu’il est plus grand que l’autre, que l’autre n’a rien compris lui seul comprend ce qu’il étudie lui seul détient le vrai lui seul doit être suivi, que l’autre se trompe lourdement et gravement, qu’il ne sait même pas étudier… alors ils disent « cet homme là est de chez nous ! » et lui mettent plein de ‘hidoushim dans la tête, des merveilles d’enseignements qu’il assimile avec grande facilité. Et lui se croit d’un seul coup intelligent et propriétaire d’une grande Torah alors qu’il est instruit formé et manipulé entièrement par des démons. Et comme les démons ce sont des esprits qui apprennent la Torah d’en Haut en haut ils sont bien sûr tout aptes à lui faire cadeau d’une élocution aisée, facile et rapide. Comme on dit « y a rien à redire ». Il joue le spirituel par l’esprit qu’il met dans ce qu’il dit et par celui qu’il met dans sa manière de dire. Par une certaine éloquence, une insistance sur les fins de phrases, par certains déplacements de voix, certaines mimiques amusantes, certaines tournures elliptiques, sibyllines, cabalistiques, ésotériques, mystérieuses, voir même prophétiques, secrètes et visionnaires… Et les gens disent en l’écoutant « quel discours, quel débit, quelle facilité d’élocution, quel style !…. »

Il comprend tout et vite ! pas de fatigue, pas d’effort, pas de difficulté, pas besoin de prière la tête est suffisamment bonne, très bonne. Mais il ne sait pas qu’il n’est pas plus intelligent qu’avant et que ce qu’il comprend vite, ce n’est pas la Torah qui a été révélée au Sinay ce n’est pas la Torah qui transforme et fait du bien, ce n’est pas celle qui le rapprochera de D.ieu, mais au contraire qu’il l’en éloignera … Elle va le rendre dur et sévère, prétentieux et subjectif, étroit d’esprit mais sans scrupules toujours à la conscience large… Au lieu de l’aider à s’améliorer elle va l’aider à empirer, justifiant et valorisant ses défauts, sa médisance, ses désirs… Elle va le rendre méchant ! C’est pourquoi on appelle ce genre de personne dess talidei ‘hakhamil shédhim yéhoudayim.

 

Mais les gens ne savent pas tout cela et se rendent chez lui pour apprendre avec innocence sa torah. Non seulement ils ne gagneront rien mais perdront beaucoup beaucoup  : en simplicité, bonté, largesse d’esprit et de cœur, en amis, en famille, et surtout en Torah jusqu’à se moquer des vrais talmidei ‘hakhamim en les traitant de non cashers, des vrais modestes en les appelant des orgeuilleux, des guides authentiques en détournant le monde d’eux. La Torah qu’ils apprennent au lieu d’être le remède, le conseil, le médicament à leur vie, manques, problèmes, évolution et santé, va devenir progressivement un poison, agréable au goût et aux yeux mais détestable à l’âme, une toxique qui va interrompre et troubler gravement les fonctions vitales de l’esprit Juif, perturbant et lésant les structures mentales juives. La Torah c’est 365 tendons et 248 membre si elle n’est pas vraie c’est une injonction de venin à travers tout le corps avec tout ce que cela peut provoquer à tous les niveaux… que D.ieu préserve !

Ils se rendent chez cette personne le plus souvent dominatrice exerçant un pouvoir sur eux de plus en plus sans limites …et après ce sont les proches de ces innocents qui sont touchés car lorsque l’erreur se répand elle sème de dangereux poisons. Mais tous ces faux guides ont tellement de monde chez eux qu’on dirait le monde aime le poison dans tout ce qui s’imprime.

Le poison d’hérésie, le poison froid dans l’amour qui trouble la raison et agite le cœur du Juif innocent. Le poison de la tristesse, de la culpabilité ou de l’orgueil.

 

Ces talmidei ‘hakhamim’shéshim yéhoudayim enseignent donc à leurs élèves une Torah néfoula, une Torah qui a chuté car bien que venant d’en Haut mais du mauvais haut, du faux haut, du haut impur. Car  ce qui existe dans la sainteté existe pareillement dans l’impureté. Comme il existe la sagesse dans la pureté il existe la sagesse dans l’impureté. Shélomo amélekh fut le plsu grand sage que la terre ait connu, il fut en sagesse plus grand que Moshé notre maître, plus grand qu’avraham, Its’hak, Yaakov.  Car il a reçu la ‘hokhma directement de D.ieu d’une seule traite en cadeau. Comme sa sagesse était trop grande et trop profonde pour la dévoiler comme il l’a reçue il a du utiliser des allégories, des maximes, des métaphores, 4000, qui composent le livre de Mishlé, Shir Hahirim, Kohelet, et qui en hébreu se disent « alafim » qui veut dire enseignements. Mais ces images, ces alafim, ces enseignements peuvent tomber dans le mauvais côté, les démons s’en emparent, c’est pourquoi les faux guides parlent bien, ils ont une torah qui brille,de la poudre aux yeux mais rien de vrai à l’intérieur car tout glisse. Les gens ne savent pas, ils vont chez eux parce qu’ils étudient bien, ils parlent bien, ils présentent bien, ils sont renommés et puis…. ils font tellement rire !!!

 

 

 

 

Shélomo a reçu ces maximes dans la sainteté mais les thsy (talmidei ‘hakhamim shedhim yehoudaïn) la reçoivent des klipot. Et ces thsy fatiguent le monde et D.ieu. Ils fatiguent le monde, leur élèves, leurs adeptes, leurs auditeurs, leurs spectateurs, qui viennent chez eux pour connaître le service de D.ieu, la vérité, avoir les vrais conseils, mais ils viennent pour rien, ils se déplacent pour rien, ils se sacrifient pour rien, ils dépensent pour rien, ils étudient pour rien, pire encore, ils prennent du pas-bon et commencent à mal penser  et à penser mal. Ils fatiguent D.ieu (si l’on peut s’exprimer ainsi) dans la mesure où ils L’empêchent d’aider le Juif à changer, à se marier, à évoluer, à être joyeux, à travers la Torah, comme s’il était fatigué. Et l’élève, l’auditeur ne comprend pas « avec tout ce que je fais, tout ce que j’étudie, tout ce que j’ai laissé, et je suis toujours le même, même moins bien qu’avant, je chute là où je ne chutais pas avant, je me sens dur, fermé… » parfois même il va émettre des doutes dur la Torah et avoir des questions sur D.ieu. Ils se disent « D.ieu ne me comprend pas, D.ieu n’a pas pitié de moi… ». Et les autres, la masse, les éloignés, en le voyant n’auront pas l’envie de devenir religieux pour lui ressembler. Dans  leur tête : « Les religieux sont dans l’argent, les religieux sont tristes, les religieux sont durs… mieux vaux travailler avec un simple Juif et parfois même mieux vaut travailler avec un non-Juif ». Mais ils ne savent pas que ce Juif triste, sans ferveur et pris dans l’argent est lui-même prisonnier d’un autre. Pourtant il fait des efforts mais du ra ne peut sortir du tov, du pas-bon ne peut engendrer une véritable réussite et évolution, même si l’intention est bonne, même si on est innocent. On ne peut se rapprocher de D.ieu à travers les klippot. C’est comme une personne qui mange du cochon pour se donner la force pour pouvoir étudier toute la nuit. C’est cela étudier une Torah pas lishma, une Torah nefoula. Korah n’a pas étudié chez les démons, il n’a pas reçu d’eux, il a étudié chez Moshé Rabbenou lishma, mais il est tombé dans l’erreur par intérêt personnel et il est rentré dans la makhloket, et de la makhloket il a puisé ses paroles de Torah des shedim yehoudaïn et ceux qui ont étudié chez Torah, eux on eu une Torah venant des Shedin yehoudaïn.

 

- On peut être un thsy même en étudiant le likouté moharan si on étudie pour vaincre, pour gagner, ou pour jouer le braslav, tout en étant ‘holek sur le Tsadik. Cependant, une personne qui est avec le Tsadik mais garde quand même ses taavot, la Torah qu’elle étudie est une Torah d’un bas niveau mais la personne ne rentre pas dans la catégorie des thsy.

 

- Une personne qui s’efforce de faire les mitsvot et qui n’est pas holek sur le Tsadik n’est pas un thsy.

 

- Si le ravenseigne une Torah amitit à un élève qui ne l’étudie pas lishma, cet élève peut rentrer dans la catégorie de thsy. Voir Likoutey Moharane 1ere partie Torah 12. S’il n’est pas hagoune (suffisamment casher et apte pour apprendre), D.ieu lui fait oublier toute la Torah qu’il a apprise chez son rav tsadik pour ne pas faire trébucher le rav.

 

- une personne peut être chedine yehoudaine même ave un likouté moharan car dans la torah du tsadik il y a aussi sam hayim et sam mavet s’il étudie avec de mauvaises intentions et que ce qu’il dit entraîne une opposition au tsadik.

 

 

 

- si la personne cherche à se rapprocher d’Hahsem sincèrement sans chercher d’intérêt personnel comme par exemple avoir du kavod ou du pouvoir, elle est dans le bon chemin même si elle est encore dans les taavot.

 

 

Comment s’en sortir et se réparer ? Comment faire sortir les autres ? Comment combattre les démons ? Comment détruire le mal ?

D’abord bien sûr, ne pas se rapprocher de cette catégorie de gens qui se sont approprié la Torah avec arrogance et certitude, qui s’opposent continuellement aux tsadikim hamitim et ordonnent de s’en détourner. Ne pas les fréquenter, ne pas leur donner de la force, ne pas les appeler rav ou rabbi. Et dès qu’une pensée négative nous vient à l’esprit, un soupçon d’opposition, un brin de rébellion vis-à-vis des véritables talmidei ‘hakhamim, un sentiment d’injustice de D.ieu ou de non considération, se remettre en question, se demander pourquoi : peut être n’ai-je pas bien suivi les conseils qu’on m’a donnés, ou peut être le rav n’est pas celui qu’il faut. Et de même lorsqu’il n’y a pas de progrès, de changement, de joie, ou simplement d’envie de changer.

 

Ensuite et surtout, travailler la modestie, l’annulation, la foi, comme il est dit « Ekha 4,5) :

« haemounim alei tola » (les croyants qui se couvraient de soie pourpre), devenir modeste comme un vers pour devenir un vrai croyant (tola= vers à soie), et par cette foi, être plus fort que les ennemis et vaincre tous les opposants, et annuler toute hérésie et toute idolâtrie et tout outrage qui proviennent d’eux. Alors eux-mêmes se transformeront et abandonneront leur hérésie et leur opposition, et nous, on se débarrassera de tout ce qu’on a pu prendre à droite et à gauche, et plus à gauche qu’à droite, car la foi, la bonté, la simplicité, c’est le côté droit, la gauche c’est la rigueur, le dur, le sévère. Passer de gauche à droite c’est ne plus penser qu’on est plus grand que l’autre, plus vrai que l’autre, plus juste que l’autre, meilleur que l’autre, c’est commencer à s’occuper de soi-même, voir où on en est soi-même, s’admettre pour admettre tout ce qu’on doit changer.

 

Une foi, ça se travaille, ça se développe, ça s’agrandit, ça ne s’hérite pas, Avraham Avinou a rencontré D.ieu parce qu’il l’a cherché, recherché, il y a mis sa tête et son cœur, il n’est pas né religieux, il n’a pas été éduqué religieux, il n’ a pas fait la yeshiva, c’est cette émouna-là qui peut faire taire les opposants et changer les choses. Cette émouna-là pousse la personne à aller chez les autres, à leur parler de foi, à leur faire vivre la foi à travers, leur vécu, c’est une foi qui influence, qui se répand, qui se justifie, qui s’explique, qui fait comprendre, une émouna qui déplace la personne, qui va se retrouver à travers mille formes différentes, qui descend chez l’homme le plus simple, qui se fait ressentir, qui devient évidente, une foi qui répand D.ieu, c’est la foi du baalé teshouva, c’est la foi du converti, c’est la foi de celui qui s’est libéré, qui a fui l’ignorance et la comédie. C’est une foi construite.

 

Avraham a très vite nié les statues. Il s’est dit « mon père les a achetées il y a une semaine, le monde, ça fait plus d’une semaine qu’il est créé, ça ne peut pas être elles… », alors il a commencé à croire au soleil, qui éclaire, illumine, éclabousse, réchauffe, il s’est dit « c’est lui ! », il m’évite de tomber, et il me fait du bien, il me chauffe… A la nuit, plus de soleil, plus de lumière, seule la lune, une petite lune, un petit croissant éclaire dans le froid de la nuit. Le soleil n’est plus là mais la lune est là. C’est elle. Elle est plus forte que le soleil. Même dans l’obscurité on la voit. Elle éclaire. Au lever du jour, ahouda, voilà qui revient encore plus fort, encore plus illuminant, plus scintillant et plus chaud que jamais et pourtant voilà qu’il me quitte encore… alors il s’est dit « ce n’est ni le soleil ni la lune, c’est une force au-dessus d’où provient toute lumère, toute chaleur, tout cycle. Cette force, c’est D.ieu, c’est ce D.ieu-là qu’il faut louer, chanter, croire. De même, on ne doit pas se laisser tromper par quelque séduction qu’elle soit, se méfier des flash, des lumières, des réchauffements agréables, des paillettes, des brillances, des sketches et one man show… ce n’est plus un beth hamidrash, c’est un cinéma… ou à l’inverse du froid, du réglé, de l’impassible, du « à voix basse », du rictus, du clin d’œil, du congelé, de la tristesse. Aussi, ne pas se décourager de notre naissance ou de notre provenance, de l’absence de notre éducation, des influences mauvaises qu’on a reçues dans notre parcours, car avec la emouna d’Avraham, avec une recherche personnelle, avec une prise de conscience réelle, avec des yeux de emet, avec un cœur ouvert, on parvient finalement à s’en sortir et même à apporter aux autres, et en premier à notre couple et aux proches. 

 

Alors la source des outrages se tarit car par une telle foi l’idolâtrie tombe. La foi et la bonté vont faire disparaître toute trace d’idolâtrie chez nous et dans notre entourage. Les gens et le monde se réparent. Les enseignements tombés, chutés, reviennent à leur source, se délivrent des klippot, les démons deviennent des ignorants, et les élèves innocents se débarrassent de leurs taavot et de leurs moqueries. Et même ceux qui n’étudient pas et ne fréquentent pas le beth hamidrash vont retrouver une pureté, une sérénité qu’ils avaient perdues à cause de ceux qui étudiaient pas là où il fallait.

 

Pour acquérir une telle foi, pour faciliter notre recherche et se renforcer, on invite des talmidei ‘hakhamim à notre table, ce qui est considéré comme si on approchait un korbane tamid au Temple, qui est un « ola ». On dit « olat tamid », et « olat », aïn, vav, lamed, tav, sont les lettres inversées du mot « tola » : tav, vav lamed aïn, le vers, le vers d’impureté, le vers qui détruit tout, qui mange la récolte, le nuisible universel, l’endommageur souterrain, le destructeur presque invincible : quand on le coupe il est encore là… c’est pourquoi il est dit (Rois II, 4, 9) en parlant d’Elisha le prophète : « Certes, je sais que c’est un homme de Dieu, un saint, cet homme qui nous visite toujours. » et toujours, en hébreu, se dit tamid. Ce talmid ‘hakham qu’on reçoit à la maison, c’est celui qui diffuse la Torah de Rabbenou. En le faisant rentrer à la maison, on fait entrer en nous le emet, la vraie bonté, l’éclairage d’esprit, le discernement, les languissements, la joie.

 

Par le fait que la personne se fatigue pour recevoir le talmid hakham, le sert, se fait petit devant lui, simple, accueillante, elle acquiert la bonté, la foi, se répare, et réussit à influencer les proches. Ce n’est plus la Torah qui tombe, ce sont les démons. C’est pourquoi un rav ne doit pas empêcher son élève de lui offrir ses services car il l’empêcherait d’être bon et vrai.

 

 

Aujourdhui dans rabenou le talmid hakham c’est celui qui se rapproche du Tsadik , réalise ses conseils, et grâce à cela il reçoit la vraie foi, et nous, en l’invitant, on reçoit ce qu’il a reçu de Rabbenou.

 

Un talmid hakham mouflag (grand érudit) qui n’est pas dans Rabbenou s’il n’est pas holek sur le tsadik en l’invitant il nous éclaire de sa foi selon le niveau de sa foi.

 

 

 EXTRAIT DU CONTE « L’INFIRME »

Le BRIGAND lui donne tous les trésors et va avec lui en ville. Et il fait ainsi.

Et là-bas dans la ville, ils prononcent une sentence, par le fait qu’il a tué autant de personnes. Aussi, il est condamné à être pendu afin que les gens sachent. Ensuite, le fils décide d’aller aux deux mille montagnes – dont on a déjà parlé – voir ce qui se passe aussi là-bas. Lorsqu’il arrive là-bas, il s’arrête à distance des deux mille montagnes et voit qu’il y a là-bas des myriades et des myriades de familles de démons car ils croissent et se multiplient comme des hommes et sont très nombreux. Il voit leur roi assis sur un trône sur lequel aucun être né d’une femme ne s’est jamais assis. Il les voit

 

(il manque un bout de traduction : voir orange : a traduire)

 

 

 

 

***

 

Aucun homme « né d’une femme » (Shabbat 88b) ne s’était jamais assis sur un tel trône. L’INFIRME vit les démons qui se moquaient.

Un DEMON racontait comment il avait mutilé un enfant.

Un autre, racontait comment il avait coupé.une main.

Un autre encore, racontait comment il avait coupé un pied, et autres sortes de farces.

 

L’INFIRME aperçut ensuite un père et une mère qui pleuraient.

On leur demanda:

-       Pourquoi pleurez vous?

 

-       Nous avions un fils qui avait l’habitude de partir quelque part et de revenir au bout de quelque temps. Mais aujourd’hui, un grand laps de temps s’est écoulé et il n’est pas rentré.

 

Le PERE et la MERE furent amenés devant le roi qui ordonna ensuite d’envoyer des émissaires dans le monde entier à la recherche du fils.

 

En revenant de chez le roi, les PARENTS du DEMON rencontrèrent quelqu’un qui était parti avec leur fils, et qui leur demanda:

-       Pourquoi pleurez vous?

 

Ils lui racontèrent l’histoire.

Il leur répondit:

-       Je vais vous raconter une histoire: nous avions une île sur la mer, qui était notre endroit. Le ROI à qui l’île appartenait arriva et il voulut y construire des palais. Il avait déjà posé les fondations et votre fils me proposa d’aller causer du tort au roi.

 

-       Martyrisons-le / endommageons-le / mutilons le / mortifions le. Et nous sommes allés et avons pris la force au roi. Et il allait de médecin en médecin et ils ne parvenaient pas à l’aider. Il a commencé avec les sorciers. Il se trouvait là-bas un sorcier qui connaissait sa famille mais qui ne connaissait pas la mienne. Aussi ne pouvait-il pas me faire de mal. Cependant, il connaissait sa famille, il s’est emparé de lui et l’a torturé / martyrisé / fait souffrir.

 

Les PARENTS l’amènent à leur roi – le démon qui a raconté l’histoire de leur fils – et il répète son histoire devant le roi .

Le ROI déclare :

-       Qu’ils rendent la / sa force au roi.

 

Le DEMON répond :

-       Il se trouvait parmi nous quelqu’un qui n’avait pas de force et nous lui avons donné la force du roi.

 

-       Qu’ils prennent de lui la force et qu’il la rendent au roi.

 

Ils répondent :

-       Ce démon est devenu un nuage.

 

Le ROI dit :

-       Qu’on convoque le nuage et qu’on l’amène.

 

Ils envoient un messager le chercher.

 

L’homme qui n’avait pas de force dans les pieds au début, et qui est venu ici et a vu tout cela dit :

-       Je vais aller voir (ce qui se passe) comment ces êtres se transforment en nuages.

 

Il suit le messager et arrive à la ville dans laquelle se trouve le nuage. Il demande aux gens de la ville :

-       Pourquoi un nuage recouvre autant la ville ?

 

Ils répondent :

-       Ici au contraire, il n’y a jamais eu de nuage et ce n’est que depuis quelque temps qu’un nuage recouvre la ville.

 

Le MESSAGER arrive et appelle le nuage. Ils repartent.

L’HOMME décide de les suivre pour écouter ce qu’ils se disent. Il entend le messager le questionner :

-       Comment tu es devenu ici un nuage ?

 

-       Je vais te raconter toute l’histoire :

Il y avait un sage, et l’empereur du pays était un grand hérétique et avait rendu tout le pays hérétique. Le SAGE est allé convoquer tous les membres de sa famille et leur a dit :

-        Vous voyez que l’empereur est un grand hérétique et qu’il a rendu toute la ville hérétique ainsi qu’une partie de sa famille. Aussi, partons dans le désert afin de conserver notre foi en Dieu Béni soit-Il.

 

Et tout le monde a été d’accord. Le SAGE a prononcé un nom divin c’est à dire qu’il a mentionné un des noms parmi tous les noms divins, et il les a transportés dans un désert. Le désert n’a pas plu aux yeux du sage. Il a prononcé un nom et il les a transportés dans un autre désert. Il ne lui a pas plu non plus. Il a prononcé encore un nom et les a transportés à un autre désert qui lui a plu. Ce désert était proche des deux mille montagnes. Le SAGE est allé tracer un cercle autour d’eux afin que nul ne puisse approcher d’eux.

Il y a un arbre, si cet arbre est arrosé, il ne reste plus rien de nous, c’est à dire des démons : rien. Aussi, certains de chez nous sont là-bas et creusent continuellement jour et nuit et ne laissent pas l’eau arriver jusqu’à  l’arbre.

 

Le MESSAGER lui demande :

-        Pourquoi faut-il être présent jour et nuit ? Le fait qu’ils creusent une fois pour empêcher l’eau, ça suffit ?

 

-        Il y a parmi nous des gens qui parlent, et ces parleurs vont et créent une controverse / dispute entre le roi et un autre roi, et de là naît une guerre / et par cela, la guerre se fait, qui entraîne un tremblement de la terre. Et la terre qui est autour des sillons s’effondre et l’eau peut arriver jusqu’à l’arbre. Aussi, sont ils continuellement présents pour creuser. Et lorsqu’un roi est nommé parmi nous, nous faisons des bouffonneries et nous le réjouissons. Celui-là se marre de comment il a mutilé / martyrisé un bébé, et comment l’accouchée se lamente sur lui, celui-ci nous raconte d’autres farces, il y a toutes sortes de farces. Quand le ROI accède à la joie, il se promène ses princes et va essayer lui-même d’arracher l’arbre. En effet, si l’arbre n’existait pas du tout, ça serait très bien pour nous. Il arme son cœur de courage afin de pouvoir arracher l’arbre entièrement, et lorsqu’il arrive à l’arbre, celui-ci crie très fort. Alors, la peur s’empare du roi qui recule.

 

Une fois, un nouveau ROI a été nommé parmi eux et ils ont fait devant lui de grandes bouffonneries. Il a accédé à une grande joie, son cœur s’est énormément enhardi et il a déclaré vouloir arracher l’arbre tout entier, complètement, et est sorti se promener avec ses princes. Il a énormément renforcé son cœur et a couru déraciner l’arbre. Lorsqu’il est arrivé près de l’arbre, celui-ci a poussé un grand cri et une grande peur s’est emparée du roi. Il a reculé et est entré dans une grande colère. Puis, il est revenu vers lui, et a reculé de nouveau. Entre temps, il a regardé et a vu des gens qui étaient installés là c’est à dire le groupe du sage. Il a envoyé ses gens pour leur faire ce qu’il se doit comme ils en ont toujours l’habitude, c’est à dire que le roi a envoyé ses gens pour les tuer. Et lorsque les membres de la famille du sage les ont vus, une grande peur les a envahis. L’HOMME VIEUX ( le sage) leur a dit :

-        N’ayez pas peur.

 

Et lorsque les DEMONS se sont approchés de là-bas, ils n’ont pas pu s’approcher d’eux à cause du cercle qui était autour d’eux. Le ROI a envoyé d’autres messagers qui n’ont pas pu non plus. Il s’est mis dans une grande colère et est allé lui-même. Et lui non plus n’a pas pu s’approcher d’eux. Il a demandé à L’Homme Vieux :

-        Laisse moi entrer.

 

-        Puisque tu me le demandes, je vais te laisser entrer, cependant il n’est pas convenable qu’un roi aille seul. Je te laisserai entrer avec quelqu’un d’autre.

 

Il a fait une ouverture dans le cercle et ils sont entrés. Il a refermé le cercle. Le ROI a dit à l’Homme Vieux :

-        Comment viens-tu t’installer sur notre territoire ?

 

-        Pourquoi est-ce ton territoire ? C’est mon territoire.

 

-        Tu n’as pas peur de moi ?

 

-        Non.

 

-        Tu n’as pas peur ?

 

Il s’est mis à grandir démesurément jusqu’au ciel et a voulu l’avaler.

L’HOMME VIEUX a dit :

-        Malgré ça je n’ai pas peur du tout. Mais si je veux, toi tu auras peur de moi.

 

Il est parti et a prié un peu, et de gros nuages se sont formés. Il y a eu des grands tonnerres. La foudre les a tous tués. Les princes de son royaume qui étaient avec lui sont morts. Il n’est plus resté que le roi, et l’autre homme qui était avec lui à l’intérieur du cercle. Le ROI lui demande :

-        Fais cesser le tonnerre.

 

Il l’a stoppé.

Le ROI a répondu :

-        Puisque tu es un homme de cette sorte, je vais te donner le livre de toutes les familles de démons. Car il existe des Maîtres des Noms qui ne connaissent qu’une famille, et même cette famille, ils ne savent pas tout sur elle. Je vais te donner un livre où sont écrites toutes les familles car chez le roi, elles sont toutes écrites, même celui qui est né est écrit chez le roi.

 

Le ROI a envoyé celui qui était avec lui dans le cercle chercher le livre. Il se trouve que le sage avait bien fait de laisser le roi entrer avec quelqu’un d’autre car sinon qui aurait-il pu envoyer ?

L’AUTRE a rapporté le livre, il a ouvert le livre et a vu qu’y étaient inscrites des myriades de leurs familles. Le ROI a promis que les démons ne feraient pas de mal à la famille de l’homme vieux. Puis, il lui a ordonné d’amener tous les portraits de toute sa famille et même si un bébé venait de naître, ils devaient apporter tout de suite son portrait pour qu’aucun de la famille de l’homme âgé ne subisse de préjudice.

Plus tard, lorsque est arrivé pour l’Homme Vieux le moment de quitter ce monde, celui-ci a convoqué ses enfants et leur a transmis ses volontés :

-        Je vous laisse ce livre, vous voyez que j’ai le pouvoir d’utiliser ce livre avec sainteté mais quand même je ne l’ai pas utilisé. J’ai juste confiance en Dieu Béni soit-Il. Vous non plus, ne l’utilisez pas, même s’il arrive que l’un d’entre vous puisse l’utiliser avec sainteté, quand même qu’il ne l’utilise pas. Qu’il ait juste confiance en Dieu Béni soit-Il.

 

Puis le SAGE est mort.

Le livre a été transmis par héritage et est arrivé chez le petit fils. Il avait le pouvoir de l’utiliser avec sainteté. Il avait juste confiance en Dieu Béni soit-Il, et n’a pas utilisé le livre, comme l’Homme Vieux l’avait ordonné. Les DEMONS PARLEURS tentaient de persuader le petit-fils :

-        Etant donné  que tu as de grandes filles et que tu n’a pas pour les nourrir et les marier, utilise ce livre.

 

Et lui ne savait pas que les démons essayaient de l’influencer. Il pensait que c’était son cœur qui lui parlait ainsi. Il est parti sur la tombe de son grand-père et lui a demandé :

-        Malgré le fait que tu as légué l’ordre de ne pas utiliser ce livre, de juste avoir la foi en Dieu béni soit- Il, maintenant le cœur me pousse à l’utiliser.

 

Il lui a répondu :

-        Bien que tu aies le pouvoir de l’utiliser avec sainteté, mieux vaut que tu aies la foi en Dieu béni soit-Il et ne pas te servir de ce livre. Et Dieu béni soit-Il t’aidera.

 

Il a fait ainsi.

Et un jour, le roi du pays où vivait le petit-fils de l’Homme Vieux est tombé malade. Il allait de médecins en médecins et ils ne pouvaient pas le guérir, à cause de la grande chaleur qui régnait dans le pas, les médicaments n’avaient pas d’effet. Le ROI a décrété que les Juifs prient pour lui. Alors, notre ROI a décrété :

-        Puisque ce petit-fils a le pouvoir d’utiliser le livre avec sainteté et qu’il ne le fait pas, aussi accordons-lui quelque faveur.

 

Il m’a ordonné d’être un nuage là-bas afin que le roi guérisse par les médicaments qu’il a déjà pris et grâce à ceux qu’il prendrait encore.

Et le petit-fils n’a rien su de cela. Et c’est ainsi que je suis devenu ici un nuage.

 

 

Tout cela, le NUAGE le raconte au messager.

Et le FILS ? celui qui n’avait pas de forces dans les jambes au début, va derrière eux et écoute.

Le NUAGE est amené devant le roi, et le roi ordonne qu’on prenne la force et qu’on la rende au roi.

Et le FILS DES DEMONS revient. Il est affaibli, sans forces, car ils l’ont énormément fait souffrir là-bas. Il est très en colère contre le sorcier qui l’a tellement torturé, et ordonne à ses fils et à sa famille de se tenir constamment à l’affût du sorcier.

Parmi eux, il existe des parleurs qui partent dire au sorcier qu’ils soit sur ses gardes car ils sont à se recherche. Le sorcier invente des stratagèmes et fait appel à d’autres sorciers qui connaissent les familles afin d’être protégé. Et le FILS est très en colère, ainsi que sa famille contre les parleurs qui ont dévoilé le secret au sorcier. Une fois, il se trouve que la famille du fils et les parleurs prennent ensemble leur tour de garde auprès du roi. Les membres de la famille portent une accusation sur les parleurs et le roi tue les parleurs. Les PARLEURS qui sont restés se mettent en colère et provoquent une guerre contre le roi. Et chez les démons, il y a la famine, la maladie, la désolation, l’épidémie.

 

 

Il y a des guerres entre les rois et cela entraîne le tremblement de la terre. Toute la terre s’effondre et l’arbre est entièrement arrosé. Il ne reste plus rien des démons. Comme s’ils n’avaient jamais existé. Amen.

 

Le secret de cette histoire, on y fait allusion dans le psaume 1 :‘Heureux l’homme etc…le chemin des mécréants et le chemin des justes etc …’. Cela correspond aux chemins mentionnés dans le conte, sur lesquels se trouve la poussière qu’on a répandue, etc…

‘Il sera comme l’arbre planté auprès des cours d’eau dont il donnera le fruit en sont temps et sa feuille etc… et toute ce qu’il fera réussira’. C’est à dire l’arbre dont on a parlé précédemment dont les fruits et les feuilles pour tout le monde sont une très grand remède.

 

Déduis bien, tu trouveras d’autres allusions. ‘Heureux l’homme qui n’a pas été …’ – car au début, il ne pouvait pas marcher - ‘il ne s’est pas tenu’ – car après il ne pouvait pas non plus se tenir debout – ‘et dans l’assemblée des blagueurs’ – cela fait allusion aux moqueurs mentionnés dans le conte.

‘Comme la paille que le vent fait voler’ – c’est le vent qui portait la poussière. Tout cela ne sont que des allusions que nos yeux nous ont un peu éclairées afin de comprendre et d’évaluer un peu jusqu’à quel niveau vont les choses.

Mais les choses sont encore fermées complètement car toutes ces histoires qu’il a racontées sont bien plus élevées que la compréhension humaine et voilées de tout œil vivant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

 

spiritualité amour du christ |
Paroisse Orthodoxe Sainte Anne |
christestseigneur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le journal de la Grenouille
| israel12
| Source de Vie